RUPTURES

Impacts d’une crise économique majeure sur les comportements de mobilité résidentielle et transport des ménages

Mots clés : Focus group, prospective, rupture, crise macroéconomique, mobilité transport, mobilité
résidentielle, modes de déplacement, forme urbaine, modes de vie, mode d’habiter, résilience, vulnérabilité.

Problématique
Et si « demain n’était pas du tout comme hier », quels seraient les effets d’une nouvelle trajectoire sur les
comportements de mobilité transport et résidentielle ? Comment appréhender des phénomènes de ruptures
aux implications imbriquées et complexes ?

Objet de la recherche
L’objet de cette recherche est de tester à l’aide de « Focus Groups », des scénarios de rupture totale perdurant
à long terme, afin d’en apprécier les effets sur les comportements de mobilité transport et résidentielle.
L’approche se concentre sur les arbitrages des ménages sous contrainte de budget.
Positionnement par rapport à l’état de l’art
Les méthodes existantes utilisées pour se projeter dans une situation future (modélisation, backcasting,
prospective), s’appuient largement sur les comportements révélés et peuvent s’avérer peu robustes lorsque
l’on s’écarte significativement des tendances passées. Par ailleurs, en situation de crise, les interactions entre
différents champs sont accrues et il n’est pas possible de raisonner « toutes choses étant égales par ailleurs ».

Méthodologie
Après un tour d’horizon des expériences internationales sur le sujet, des scénarios de rupture graduels ont été
établis et six groupes de discussion de 6 participants ont été menés sur le territoire de l’aire urbaine de Lyon.
Les Focus groups permettent d’apprécier les modes de construction de choix de localisation et de modes de
transports en situation actuelle et passée (pour les participants ayant connu une période de baisse de revenus),
puis en situation fictive selon plusieurs scénarios.

Résultats
L’analyse des Focus groups a permis de dégager l’évolution des poids des différents facteurs dans les choix de
transport et de localisation des ménages. Sans donner de quantification compte tenu de l’échantillon, elle
permet de dégager des typologies de réactions en fonction des configurations individuelles et par niveau de
crise concernant la mobilité quotidienne (plus ou moins de mobilité ? pour quels motifs ? pour quels modes ?)
et la mobilité résidentielle (localisation, possibilité/volonté de déménager…). Ces typologies permettent
d’identifier des vulnérabilités en temps de crise liées notamment à la configuration des ménages et aux
caractéristiques du territoire. Le rapport conclut sur l’impact d’une crise sur les comportements en fonction de
son intensité et de sa durée. Plus la crise est forte et longue, plus l’évolution des comportements sera pérenne.

Partenaires du projet : ARCADIS, TRANSAE, LET

cf. téléchargement des fichiers en bas de la page.

Ċ
Jean-Baptiste Ray,
21 janv. 2013 à 05:59
Ċ
Jean-Baptiste Ray,
23 janv. 2013 à 07:56
Ċ
Jean-Baptiste Ray,
21 janv. 2013 à 05:56